Histoire 5/5

Quatre ans après les événements de Resident Evil 7, on retrouve Ethan et Mia avec leur jeune fille Rosemary. Après une étrange attaque par Chris Redfield, Ethan voie sa femme se faire tuer et sa fille kidnappée. Pendant toute l’histoire, on rencontre des personnages énigmatiques et impressionnants de l’univers de Resident Evil. Les quatre maisons ont chacune un petit quelque chose d’unique et un univers propre à eux. Bien que vers la fin du jeu on retrouve une action digne de Resident Evil 6, je trouve que cette section s’incruste bien dans l’histoire. Si vous lisez chaque document trouvé dans le jeu, vous apprenez énormément sur les origines qui se cachent dans le village et en dehors. Finalement, j’ai été agréablement surpris par plusieurs revirements de situations et d’une finale bouleversante suite à une situation bien précise que Ethan aura à vivre.

Jouabilité 4/5

En vue subjective comme son prédécesseur, ce nouveau Resident Evil tente de se démarquer par plusieurs points, notamment au niveau du gameplay. Le jeu est beaucoup plus axé sur l’exploration grâce à une plus grande carte, de nombreux lieux à découvrir et un univers bien plus riche, mais qui d’un autre côté se veut également plus nerveux et plus orienté action. De cette façon, ils ont rendu le jeu beaucoup plus accessible. Certes, il fait toujours peur, mais au lieu d’avancer sans se faire repérer et de vivre de l’oppression psychologique vous avez tout simplement besoin d’avancer et de faire parler vos armes sur les ennemies que vous allez rencontrer sur votre chemin. Pendant la progression, vous allez trouver plusieurs objets à collecter pour crocheter des serrures, actionner des puits, ouvrir des grilles et découvrir des portes dérobées. Il y aura quelquefois des énigmes, mais qui ne seront pas complexes et qui ne casseront pas le rythme de la narration. Sinon, le jeu se joue très bien, mais je reste un peu déçue qu’après un entraînement militaire, Ethan ne peut rien faire de mieux que pousser ses ennemis.

Graphique 4/5

Avant de parler des graphismes, je veux vous préciser que j’ai joué sur Playstation 4 Pro en Full HD. Wowww! Tout simplement vous dire que le réalisme des environnements et des structures est bluffant. Les effets de lumière améliorés et les ombres calculées en temps réel ont attiré mon attention. L’évolution des décors en temps réel en fonction du scénario donne toujours un sentiment de nouveauté. Exemple : Les effets de poussière quand vous donnez un coup de couteau dans un sac de farine pour aveugler les ennemis. Je vois bien le véritable potentiel du « RE Engine » (le moteur 3D développé par Capcom pour Resident Evil 7). Bien que les graphiques soient tout simplement magnifiques, je suis un peu déçue des dégâts faits sur l’ennemi qui sont moins impressionnants que dans Resident Evil 2.

 

Temps de jeux 5/5

J’ai commencé l’aventure en mode « facile » et j’ai été surpris par la facilité d’avancer sans me demander combien de balles il me restait dans le chargeur avant de continuer la campagne. Après avoir bien visité chaque parcelle de la carte et de trouver chaque trésors, j’ai terminé le jeu en 7h24min. Sinon, un ami à moi, qui a choisi la difficulté « hardcore », a terminé le jeu en presque 10 heure. La difficulté était bien gérée entre facile et ombre. Il y avait beaucoup de choses à ramasser, notamment les trésors. Après avoir terminé le jeu, j’ai été heureux de découvrir une liste de défi comme dans Resident Evil 2 et 3 pour acheter des armes spéciales et des armes infinies si vous avez terminé de la maximisé. Sans compter les huit tableaux du mode Mercenaire qui peut vous offrir un Easter Egg très sympas de Star Wars.

Conclusion 18/20

Bien que j’aurais aimé voir un jeux plus grand et plus ouvert, je préfère recevoir un Resident Evil comme nous les aimons avec des clins d’œil aux autres jeux. Bien qu’il soit moins horreur que certains de ses prédécesseurs, je trouve que l’ambiance sonore respecte largement les codes de l’horreur. J’ai apprécié que la musique soit relativement absente. Que ce soit dans les différentes demeures à visiter (dans le village, les champs alentour ou dans la forêt), cela participe à l’ambiance. Imaginez-vous  comme si vous reteniez votre souffle quand vous explorez un passage étroit, illuminé de votre fidèle lampe torche. Même si le jeu ne fait pas toujours peur, j’ai tout de même eu quelques sauts et des petits moments où que je n’étais pas très courageux. Notamment dans la Maison Beneviento (ou plus précisément à l’étage inférieur) qui me rend encore nerveux après trois Gameplay. Le jeu reste un bijou qui mélange Resident Evil 4 et 7. Un mélange d’action, d’énigme et d’horreur juste à un bon niveau qui, personnellement, correspond bien à ce que j’avais imaginé.

IMAGES

Autres articles qui pourrait vous intéressez :